JAMALI

26 juin 2018. Message reçu par mail

Bonjour,

De retour à terre, l’accueil par Jean Fred et nos amis a été très chaleureux et m’a rappelé celui que vous m’aviez réservé à Horta et qui m’avait fait chaud au cœur.

Cette traversée depuis Horta avec Jean Marc a été superbe. Vous ne pouvez pas savoir quel bonheur je vis d’avoir réussi cette transat.  Que de choses j ai appris, sur Jamali, sur la météo, sur les rapports humains, sur la mer…le monde nautique est merveilleux. Les victoires maritimes comme dit Jean sont un vrai bonheur.

Le moteur réparé : bravo aux mécaniciens d’Horta, à  Jean qui a resserré injecteurs et pompe à  injection à  Terceira où je me suis arrêté sous son conseil, Belle halte qui m’a fait découvrir un port très accueillant et un ami de Jean et Roland skippeur d un ovni345 le même bateau que Jamali.

La  Gv qui se faisait un plaisir de monter descendre (merci aux petites billes de roulement rajoutées ). Nous avons pu utiliser la voile entière et les 3 ris sans soucis.

Notre troisième équipier qui ne râlait jamais, qui suivait nos ordres, qui nous permettait à Jean Marc et moi de faire nos 4 heures de quart sans soucis, de blaguer, de nous préparer des bons repas (simples mais que l on ne peut apprécier qu ‘en mer comme dit Jean Marc , qui faisait avancer le bateau (après un bon reglage de voiles et surtout pas de bateau sur toilé ) merveilleusement bien. Nous l’avons appeler Edouard. Edouard a été manipulé par Harry Schank, voisin de ponton à Horta et il a été au mieux de sa forme pour fonctionner comme on le désirait. Merci Harry

Il fallait bien connaitre au moins un petit soucis : mon pc qui a refusé dès le 3ème jour de démarrer, plus de fichiers météo a recevoir, ni de nouvelles de Katyna et Alfagil. Heureusement je pouvais encore communiquer grâce au téléphone satellite. Francois, organisateur de rallye a été encore une fois d’une aide précieuse, dire en 4 mots l’essentiel pour que Jamali puisse suivre la meilleure route possible. Je savais, François que je pouvais te faire confiance, que mes proches en suivant le site et mon parcours n’auraient aucune inquiétude. Mission réussie à 100% avec beaucoup de plaisir.

La leçon de ceci est que toute panne peut survenir à tout moment. Ne s’équiper sur un bateau que de l’essentiel ,de matériels autonomes (le téléphone satellite se suffisait à lui-même pour pouvoir communiquer) Avec le pc en panne je ne perdais que la possibilité de communiquer par mail.

Par contre l’ais émetteur sur le bateau devient indispensable, je me suis aperçu que la veille dehors est de moins en moins assurée, il a fallu que je contacte d’autres bateaux par la vhf pour gérer des risques de collisions. Il ne faut pas se priver de contacts par vhf, nous sommes très bien reçu et communiquer avec d’autres en pleine mer est très agréable.

La fin de la traversée, au près, 2 ris dans la gv et trinquette un peu enroulée a été fatiguante mais elle a mis du piment à notre traversée car nous n’avons jamais pu prévoir quelle terre bretonne nous allions voir en premier, nous misions sur Belle ile, et bien non, ce fut la pointe de Penmarch. Eole nous a poussé vers cette pointe, peut-être pour aller voir Katyna aux Glenans qui n’était peut-être déjà plus là ce matin là…

Le moteur nous a aidé au départ d’Horta et à l’arrivée, pétole depuis les Glenans jusqu’à la baie de Quiberon. Nous l’avons gardé jusqu’au barrage d’Arzal, c’était notre dernière nuit et avons profité du balisage nocturne et oublier le gps  pour rentrer sereinement dans la Vilaine, bravo les feux à secteurs pour éviter les zones sans eau.

Une journée merveilleuse, celle du samedi 23 juin, des bandes successives  de dauphins ont joué autour de Jamali pendant des heures. Ce monde naturel de la mer est grisant, on ne s’en lasse jamais. L’odeur de la terre en approchant des cotes est aussi surprenante, odeur que l’on avait oublié après 15 jours dans le milieu maritime.

Le seul regret, pas l’envie de pêcher, trop occupés à la marche du bateau, à gérer notre sommeil pour assumer cette traversée dans la durée, nous ne sommes que des humains et soyons humbles quand à la résistance de notre corps, ne jouons pas avec des forces qui nous manqueraient. Tenir dans la durée c’est l’essentiel pour arriver à bon port.

Voici un premier petit bilan de cette 2ème partie de cette traversée. Beaucoup de bonheur, une joie immense d’avoir réussi cette traversée avec Jean Marc sur Jamali. Aux enfants de Jean Marc, vous pouvez être fiers de votre père. C’est grâce à ses qualités humaines  que cette transat a été une réussite .L’ambiance en naviguant si longtemps est essentielle.

Un grand Merci à François et ses collaborateurs d Atlantic back cruising, grâce à vous j’ai pu envisager la traversée retour de Jamali en novembre dernier, la rêver et ce qui est le plus fantastique réaliser ce rêve. Les difficultés rencontrées ont été riches d’apprentissage. Beaucoup d’émotions mais je ne me suis jamais senti en danger, la sécurité a été assurée d’un bout à l’autre, bravo à tous.

Que du bonheur.

Claudette

05 juin 2018. Message reçu par mail

Bonjour à tous,

Merci pour tout j’apprécie et suis très émue, merci à la l’organisation  de faire suivre ce mail aux autres et alimenter mon blog qui n’a pas été très fourni hélas j’ai été un peu débordée par les événements pour adresser a tous

un grand merci a tous ceux qui m’ont suivi, m’on envoyé des messages d’encouragement, à la direction du rallye pour leur forte expérience qui m’a permis chaque jour de mener le bateau là ou il fallait pour éviter le 30 nœuds établi avec rafale a 40 et la mer qui forcit et qui m a aussi bien encourage

Merci a tous je tiens a vous le dire des maintenant a 100 miles de Faïal car je serai trop émue et fatiguée pour vous le dire aussi fort.

Merci pour avoir su nous garder en zone de sécurité.

Aux équipages du rallye merci des encouragements a vent d ailleurs pour son message super sympa a Alfagil d’être venu nous voir dans la pétole a Hebken pour nos échanges radio qui font du bien, à Katyna pour tous ses conseils et pour lequel je ne remercierai jamais assez fort, aux autres merci encore a ceux qui m ont suivi par la pensée, aux amis, j’ai hâte de les revoir les entendre mais j’aurai beaucoup a faire à Horta dont me reposer et remettre le bateau en bon fonctionnement. Ne m’appelez pas trop longtemps, jean et Fred feront le relai et nous nous retrouverons en Bretagne. Jorge tu n’as vraiment pas la possibilité de nous rejoindre pour ce deuxième parcours vers la bretagne?

A ma famille qui me suit également grosses bises et a tous ceux que je n ai pas cite et que j embrasse

que d emotion d arriver a son but apres tous les imprevus que j’ai connu mais tout ceci est fort d’apprentissage et de sagesse.
ce seront des larmes de joie a l’arrivée et trop hâte de vous revoir

A demain

Claudette, le capitaine qui a fait ce qu’elle a pu.

17 mai 2018. Message reçu par sms d’où juste les quelques mots suivants

« Bien reçu vos messages, tout va bien, les estomacs vont mieux. 2 ris trinquette 15 à 30 nœuds de vent »

Jamali navigue en flotte avec les autres bateaux et tout va bien; Mais comme sur les autres bateaux, l’équipage sera heureux d’aborder l’anticyclone synonyme de moins de vent et une mer plus plate. Bientôt les vacances !

J’inscris mon bateau à la Transat Retour Atlantic Back Cruising…

N’ayant pas fait la transat aller et envisageant un autre retour pour Jamali que d’être sur un cargo, ayant deux amis volontaires pour cette transat retour, ayant fait moi-même l’an passé en tant qu’équipière Saint Martin Les Açores sur un Jpk38, je me suis décidée pour une transat retour, que je juge du domaine du possible dans des conditions météo favorables avec un bateau en bon état et un équipage volontaire. La faire dans le cadre de ce rallye nous permettra un soutien à terre qui augmente la sécurité et donne confiance à tout l’équipage. De plus naviguer en flotille même dispersée, est toujours une expérience enrichissante. Le but étant d’arriver à bon port sans avoir connu la galère (ce n’est plus de notre âge). Je souhaite que mes amis n’ayant jamais fait de transat gardent le meilleur souvenir de celle-ci ainsi que moi-même bien-sûr, c’est pourquoi j’ai opté de m’engager dans ce rallye.